Les « HappyTech », ces startups qui s’attaquent au mal-être au travail

Source : La Tribune

« Une quinzaine de startups unissent leurs forces au sein du label Happy Tech, qui vise à fédérer et à promouvoir les innovations pour lutter contre le mal-être au travail, cause de nombreux burn-out et dépressions. Un enjeu sociétal et économique majeur, puisque le mal-être en entreprise coûte 12.600 euros par an et par salarié au secteur privé.

Après les BioTech (startups dans la médecine), les FinTech (dans la finance), les FoodTech (alimentation), AdTech (publicité), MarTech (marketing), LegalTech (droit), InsurTech (assurance) et même les ChurchTech (numérisation de la pratique de la foi), place désormais aux… HappyTech, les startups spécialisées dans le développement du bien-être au travail grâce aux nouvelles technologies.Encore un anglicisme pour désigner un sous-secteur obscur de la tech en quête de notoriété ? Un peu, mais pas seulement. Malgré leur appellation un brin triviale, les HappyTech s’attaquent à un véritable enjeu de société : le mal-être au travail, source de nombreuses dépressions, stress, burn-out et d’une perte de productivité qui impacte la performance des entreprises et donc l’ensemble de l’économie française.

Favoriser le bien-être, de la simple bonne gouvernance financière ?

Depuis quelques années, de plus en plus de startups se lancent donc dans le business du bien-être en entreprise. Leur credo : la technologie pour retisser les liens entre la direction et les salariés, et entre les salariés eux-mêmes. Un positionnement en phase avec une volonté de plus en plus forte, notamment chez la nouvelle génération des Millennials, d’avoir un travail qui fait à la fois sens et dans lequel on se sent bien. L’arrivée du bio dans les cantines, les expérimentations de télétravail, les événements de « team building » inspirés de la culture d’entreprise des startups, participent à ce mouvement de fond.Ainsi, les Comeet, Workwell, BoostYourFit, Hu.Di, MonMartin ou encore Cocoom, toutes membres du collectif, tentent de convaincre les grands groupes et les PME avec un argumentaire simple : dépenser un peu maintenant, récolter beaucoup plus tard, tout en évitant des coûts inutiles comme les arrêts maladie pour burn-out ou dépression. « C’est logique : plus l’employé se sent bien, plus il s’implique, moins il est absent, plus il reste longtemps dans l’entreprise et plus sa productivité et la qualité de son travail sont importantes« , décline Samuel Metias, le fondateur et Pdg de Comeet, également à l’origine du collectif HappyTech.D’après les estimations basées sur l’activité des dix-neuf startups membres, une démarche « outillée et structurée » de bien-être au travail permettrait à une entreprise de 500 salariés d’économiser « près d’un million d’euros » par an. Une somme calculée sur la base d’une baisse de 3 jours du taux d’absentéisme, de 2% du taux du taux de fidélisation et une augmentation de 5% de la productivité.

« Prendre soin de ces salariés, ce n’est pas seulement faire preuve de bienveillance, c’est aussi purement et simplement de la bonne gouvernance financière. Un mauvais management du travail entraîne de la souffrance et donc un coût pour l’entreprise », plaide Florence Feve-Vallot, la déléguée générale de HappyTech.

Les entreprises françaises, bonnet d’âne du bien-être en Europe

Problème : on est encore très loin du compte. Et surtout en France. D’après une étude récente du cabinet Technologia agréé par le ministère du Travail, 3,2 millions d’actifs français sont considérés « à risque élevé de burn-out ». Quid des autres ? Ils ne sont pas plus motivés pour autant. Le baromètre QVT (pour « qualité de vie au travail ») de l’institut Gallup pointe que 89% des salariés français sont « activement désengagés » [sic] de leur travail, ce qui constitue un record en Europe.  »

Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *